Sélectionner une page

Edito

Le mot du Maire

Le conseil municipal réuni le 8 avril dernier s’est affairé, comme chaque année à la même période, au vote des budgets et des taux communaux. Le budget primitif 2022 équilibré à 3 303 577 € en recettes et en dépenses de fonctionnement dont 673 328 € de virement à la section d’investissement a été présenté à l’assemblée délibérante. Le montant de la section d’investissement est quant à lui porté à 1 928 445 € compte tenu de nos restes à réaliser.

Ce budget nous permet, pour l’année 2022, de financer les appareils de fitness, projet porté par le Conseil Municipal des Enfants dont l’inauguration a eu lieu le 12 avril, la replantation au parc de Gersheim, la remise en état de la place Jobert Lucas, ainsi que les études et les travaux de la place de la Mairie dont le démarrage est prévu au cours du dernier trimestre.
Comme nous nous y étions engagés, les taux sur le foncier bâti et sur le foncier non bâti n’ont pas évolué. Ils sont respectivement de 32,52 % (lorsque la moyenne nationale est de 37,72 %) et de 5,99 % (en comparaison avec le taux national de 50,14 %).
Je ne peux terminer cet édito sans évoquer avec vous la situation de cet entre-deux tours de l’élection présidentielle. Avec un taux de participation de 75,43 % dans notre Commune, 41,49 % des suffrages offrent au Rassemblement National une place de choix (36,83 % en 2017). 24,4 % des votants choisissent Emmanuel Macron (pratiquement 5 points de plus qu’en 2017).

Dans la nécessaire tolérance lorsque la démocratie s’exprime et dans le respect de chacun, je ne jugerai pas cette façon de condamner l’existence de profonds dysfonctionnements politiques, ni cette manière de vouloir « tester autre chose » lorsque le « ras-le-bol » est trop présent. Mais voter l’extrême en situation de guerre aux portes de l’Europe ne plongerait-il pas notre pays dans une situation encore plus inquiétante ? Cette lassitude et cet agacement face au monde politique que je perçois et comprends ne pourrait-il pas s’exprimer autrement ? Je n’ai malheureusement pas de réponse inébranlable sur ces sujets, mais à l’image de Bazancourt qui a toujours, dans sa dynamique politique, mené des actions d’ouverture au plus grand nombre, des projets sociaux, mais aussi économiques, libéraux, modernes et fédérateurs, je rêve d’une France bienveillante et efficace en écho à cette alchimie pondérée…
Quoi qu’il en soit, il s’agira pour chacun de nous, dimanche 24 avril, de prendre suffisamment de hauteur pour placer notre confiance pour 5 ans en la personne qui devra prendre soin, le mieux possible, de notre belle France dans le contexte actuel que nous connaissons. Et j’espère sincèrement que notre prochain ou notre prochaine Président(e) sera digne de cette confiance et qu’il ou elle saura défendre avec assurance et conviction les valeurs d’une France ambitieuse et talentueuse qu’il nous tarde tous de retrouver.

Le Maire,
Anne-Sophie ROMAGNY